Programme AdNatura 2022

Programme des conférences AdNatura 2022

Accéder directement au programme des conférences

Mercredi 26 octobre 2022

18h – 21h (Faculté des Sciences de l’Université de Montpellier – Bâtiment 5 – Amphithéâtre 5.04)

Dans le cadre du salon AdNatura, nous vous proposons d’assister à la conférence de Didier Helmstetter, agronome et auteurs de trois livres, intitulée « Le Potager du Paresseux : un système complexe, conçu pour produire beaucoup de légumes, plus que bio, tout en travaillant très peu et en favorisant la biodiversité”. 

Du jeudi 27 au samedi 29 octobre 2022

De 9h00 à 18h00 dans le Hall A2 du Parc des Expositions de Montpellier

Durant ces trois jours, vous pourrez rencontrer plus de 80 exposants, participer à des rendez-vous d’affaire et job dating, assister aux cycle de conférences rapides des exposants animées par l’UPGE et découvrir les animations en lien avec l’écologie et la biodiversité qui seront proposées sur un espace dédié (jeux, sensibilisation, écoresponsabilité, librairie, etc.)

L’événement est ouvert à tous et accessible gratuitement (entrée libre)

A l’occasion du Salon AdNatura 2022, participez aux Assises Régionales de la Biodiversité Occitanie et au Forum de l’Agence Régionale de la Biodiversité Occitanie !

Retrouvez la programmation de ces événements grâce au code couleur indiqué pour les journées du jeudi et vendredi.

L’Espace Animation se situe dans le Hall A2, aux côtés des exposants. Au programme : jeux, découverte, sensibilisation, écoresponsabilité, librairie, etc. Découvrez les exposants de cet espace en cliquant ici.

Vous souhaitez participez aux rendez-vous d’affaire / de recrutement (gestion des rendez-vous, visio, réservation d’espace sur le salon), gérer votre agenda personnel, découvrir les opportunités de marché, faire du réseautage, participer aux conférences/tables rondes qui seront retransmises en ligne ; alors rendez-vous sur la plateforme dédiée à l’événement pour vous inscrire, créer et compléter votre profil en cliquant ici.

Au sein du Hall A2, sur l’estrade centrale, se tiendront les conférences flashs des exposants. Présentation de retours d’expériences, découverte d’outils, et présentation de métiers sont au rendez-vous durant les trois jours du salon. Cliquez ici pour consulter le programme du cycle de conférences rapides.

Jeudi 27 octobre 2022

Forum des Professionnels de l’écologie et de la biodiversité

Cette journée est ouverte à tous, mais elle est dédiée plus spécifiquement aux professionnels et aux personnes en recherche d’emploi.

Programmation des Assises Régionales de la Biodiversité Occitanie
Programmation du Forum de l’Agence Régionale de la Biodiversité Occitanie

9h00 – 10h30 (salle 1 – centre de conférences) – retransmission en ligne

  • 9h00 – 9h30 : Accueil des participants
  • 9h30 – 10h30 : Table ronde avec les partenaires-organisateurs de l’événement

    Avec la participation de Bérangère COUILLARD, Secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie, à travers la diffusion d’une vidéo introductive.

    – Audrey COREAU, Directrice acteurs et citoyens à l’Office français de la biodiversité (OFB)
    Agnès LANGEVINE
    , Vice-présidente du Conseil régional d’Occitanie en charge du Climat, du Pacte vert et de l’Habitat durable
    Hervé BLUHM, Vice Président de l’Agence régionale de la biodiversité Occitanie (ARB Occitanie)
    Jean-Pierre RICO, Maire de Pérols et Conseiller délégué à la mise en place de la police de la police des transports et aux aires d’accueil des gens du voyage – pour Montpellier Méditerranée Métropole
    Stéphane JOUAULT, Adjoint au Maire de Montpellier, délégué à la Nature en ville, Biodiversité
    Patrice VALANTIN, Président de l’Union Professionnelle du Génie Ecologique (UPGE)
    Olivier THALER, Enseignant-Chercheur à l’Université de Montpellier en écologie parasitaire – Responsable légal de l’association Salon de l’Ecologie organisatrice de l’évènement AdNatura.

Cette table ronde sera animée par Jean-Jacques FRESKO, Journaliste – Rédacteur en chef d’Infonature.media

9h00 – 13h00 (salle 3 – centre de conférences) – sur inscription

Atelier complet, Inscription sur liste complémentaire obligatoire – Cliquez ICI pour vous inscrire sur liste complémentaire

  • 9h00 – 9h45 : Accueil avec boissons chaudes et froides, viennoiseries et fruits de saison
  • 9h45 – 10h00 : Accueil et ouverture avec Julie Deter (Université de Montpellier) et Philippe Lenfant (Université de Perpignan)
  • 10h00 – 11h30 : La connaissance des fonds marins côtiers (animation Philippe Lenfant et Pierre Boissery)

Première partie : les eaux côtières (45 mn) (Philippe Lenfant)

1. Bilan de la cartographie des habitats côtiers : mises à jour et changements constatés : Florian Holon (Andromède océanologie) (10 min)
 
2. Bilan des activités menaçant les fonds marins (artificialisation, mouillage, pêche, rejets, espèces invasives, …) : Thomas Bockel (Andromède océanologie) (10 mn)
 
3. Pitch « Bilan qualité des eaux côtière » (3 minutes, 3 slides sur les résultats et pas de méthode)
Atlas chimie (Marc Bouchoucha, Ifremer La Seyne-sur-mer), plancton (Anne Goffart, Université de Liège), atlas écologique (Gwenaelle Delaruelle, Andromède océanologie), atlas bio acoustique (Cédric Gervaise ou Julie Lossent, Chorus), fonds meubles (Celine Labrune, CNRS – UMR LECOB), ADNe poissons (David Mouillot, Université de Montpellier – UMR MARBEC), risques espèces exotiques envahissantes (Sébastien Villéger, CNRS – UMR MARBEC)
 
Seconde partie partie : Quel enjeu de restauration ? (45 mn) (Pierre Boissery)
 
1. Lien côte – large :
– Quelle connaissance des habitats et des enjeux du large (Dorothée Vincent, OFB)
– Connectivité et trame bleue marine, comment les intégrer aux projets de restauration (Hugo Dumonteil, INRAE)
 
2. Pitch « projet en cours » (intervention 3 mn, 3 slides)
CONNEXTERE (Anais Gudefin, Ecocean, EFGL), REPIC (Gwenaelle Delaruelle, Andromède océanologie), REPAIR (Arnaud Boulenger, Université de Liège), TRANSCOR (Bastien Mérigot, Université de Montpellier-MARBEC / Septentrion Environnement), RESCOR (Florian Holon, Andromède océanologie), guide suivi écologique restauration (Anais Gudefin, Ecocéan), Restauration des forêts macroalgales (Luisa Mangialajo, Université de Nice), IZOMARE (Gwenaelle Delaruelle, Andromède océanologie)
 
  • 12H10 – 12h30 : Table ronde prospective (animation Gilles Lecaillon)

DIRM (xx), OFB (Dorothée Vincent), Agence de l’Eau RMC (Pierre Boissery, STERE, plan de reconquête fonction nurserie), Université de Perpignan (R&D, Philippe Lenfant), Université de Montpellier (R&D, formation, Julie Deter)

  • 12H30 – 13h00 : Temps d’échanges avec la salle (animation Philippe Lenfant)
Echange d’informations entre les participants, point sur les besoins de connaissances et de R&D, perspectives à venir (questions réponses)
 
  • 13h00 – 13h10 : Conclusion
  • Suivi d’un déjeuner de 13h10 à 14h30 (Mezzanine – Hall A2).

Atelier complet, Inscription sur liste complémentaire obligatoire – Cliquez ICI pour vous inscrire sur liste complémentaire

9h30 – 12h00 (salle 4 – centre de conférences)

9h30 Introduction de la journée

  • Vincent Devictor (Chercheur CNRS à Montpellier) : La bourse ou la vie ?
  • Charlotte Roemer (chercheure postodoctorante au CEFE à Montpellier) : Lobbys et chercheurs en écologie et conservation : un premier état des lieux dans deux laboratoires français
  • Anne Dozières (Directrice de Vigie-Nature, MNHN-CESCO, Paris) : Financements privés et sciences participatives : quels enjeux spécifiques ?

10h30 PAUSE

  • Enric Frago (Chercheur au CIRAD, Montpellier) :  Établissement public à caractère industriel et commercial » (EPIC), quel est le prix à payer pour la recherche ?
  • Anne-Violette Lavoir (Présidente de la SFE², MCU à l’Université Nice Sophia Antipolis) : Exemples d’expériences positive et négative avec un partenariat privé
  • Anne-Christine Monnet (chercheure postdoctorante à l’Université de Liège) : Et maintenant on fait quoi ? Retour sur les premiers ateliers de travail

11h20-12h Discussion

10h30 – 12h30 (salle 1 – centre de conférences) – retransmission en ligne

Les intervenants sur cette table ronde sont :

  • Jérôme CORTET – Professeur au Département Biologie Ecologie Environnement, Faculté des Sciences Humaines et Sciences de l’Environnement (Paul-Valéry) – rattaché au CEFE-CNRS
  • Jacques THOMAS – Président de l’Association Française d’Etude des Sols – AFES c/o INRAE
  • Isabelle TOUZARD – Vice-Présidente de Montpellier Méditerranée Métropole – Déléguée à la Transition écologique et solidaire, Biodiversité, Energie, Agroécologie et Alimentaire
  • Nicolas BRICAS – Chercheur, socio-économiste de l’alimentation Titulaire de la Chaire Unesco Alimentation du Monde Cirad, UMR Moisa
  • Hassan BOUKCIM – Président fondateur de Valorhiz

Cette table ronde sera animée par David ASCHER, Directeur de publication, Actu-Environnement – Editions Cogiterra.

x

14h00 – 17h30 (salle 1 – centre de conférences)

Atelier participatif ouvert à tous autour de la question : « Comment améliorer les relations de financements entre le privé et la recherche publique en écologie et évolution ? »

14h00 – 17h00 (salle 2 – centre de conférences)

Programme prévisionnel de l’atelier :
 
  • 14h : Introduction par le LabEx CeMEB, Carole Kerdelhué et Jérôme Cortet

     

  • 14h10 : L’analyse de l’ADN au service de l’étude des sols. Quelques recherches soutenues par les plateformes de Génomique de Montpellier. Sylvain Santoni (INRAE)
  • 14h30 : Extraction et séquençage de longs fragments d’ADNe par MinIon en vue de relier le 16S à des gènes fonctionnels : cas d’un sol rhizosphérique d’Afrique de l’Ouest. Arthur Cousson (étudiant), Anne-Laure Pablo (IRD), Enrique Ortega-Abboud (IRD),
    Laurent Cournac (IRD) & Laetitia Bernard (IRD)
  • 14h50 : Faune et Fonge – Le défi du (méta)barecoding des sols tropicaux. Mélanie Roy (Université Paul Sabatier, Université du Québec à Abitibi-Témiscamingue (UQAT))
  • 15h10 : Développement d’un dispositif d’échantillonnage des bousiers par collecte d’ADNe et test-terrain avec les équipes des Parcs Nationaux de montagne. Pierre Jay-Robert (CEFE) et Camila Leandro
  • 15h30 : Analyse des réseaux trophiques des sols face à l’intensification de l’usage des sols agricoles, et exemple de l’observatoire de biodiversité Orchamp. Mickaël Hedde (Eco&Sols, INRAE)
  • 15h50 – 16h : PAUSE
  • 16h : Outils et méthodologies proposées pour mesurer la qualité biologique des sols : metabarcoding ADNe pour évaluer la richesse taxonomique et la diversité fonctionnelle et exemples d’études. Florence Baptist (Solitis Environnement) et Eva Bellemain (Argaly)
  • 16h20 : Intégration de l’ADN dans les réseaux de surveillance de la qualité et santé des sols. Jérôme Cortet (CEFE, Université Paul Valéry)
  • 16h40 : Discussions

Toutes les informations sont également disponibles sur le site internet du LabEx CeMEB : https://www.labex-cemeb.org/fr/atelier-methodologique-adne-et-etude-des-sols

x

14h00 – 15h15 (salle 3 – centre de conférences) – retransmission en ligne

Les intervenants sur cette table ronde sont : 

  • Olivier TAUGOURDEAU – Valorhiz
  • Daniel MONFORT – BRGM
  • Cécile GRAND – ADEME
  • Stéphane JOUAULT – Adjoint au Maire, Délégué à la Nature en ville et à la Biodiversité, Ville de Montpellier, et Laurent GUILLAUME – Directeur adjoint, Direction Paysage et Biodiversité, L’arbre en Ville, Ville de Montpellier, pour parler des actions sur la protection du patrimoine arboré.

Cette table ronde sera animée par Hassan BOUKCIM, Président-Fondateur de Valorhiz.

x

14h00 – 15h15 (salle 4 – centre de conférences) – retransmission en ligne

Les intervenants sur cette table ronde sont :

  • Anthony PAGE – Conseiller agronomie grandes cultures, Chambre d’agriculture du Gers 
  • Sébastien FONTAINE – Inrae Clermont-Ferrand
  • Paul LUU – Secrétaire exécutif, Initiative 4pour1000
  • Pierre BESSE – Agriculteur – maraicher sur sols vivants
  • Maxime MONCAMP – Chargé de projets Agroécologie / Biodiversité – SOLAGRO
  • Jean-Luc CHOTTE – IRD

Cette table ronde sera animée par David ASCHER, Directeur de publication, Actu-Environnement – Editions Cogiterra.

x

14h00 – 15h15 (salle 5 – centre de conférences) – retransmission en ligne

Les intervenants sur cette table ronde sont :

  • Xavier MARIÉ – Gérant fondateur, Sol Paysage
  • Laurent RENÉ – Référent Coordonnateur Occitanie, Agence de l’Eau
  • Héloise AUGROS – Danone, en charge de la protection de la source de Salvetat, Coordinatrice agriculture régénératrice pour EVW
  • François SASSUS – ONF, directeur de l’agence de restauration des terrains en montagne pour le massif des Pyrénées
  • Cécile LE GUERN – Ingénieure-chercheure, BRGM

Cette table ronde sera animée par Valérie BORRELL (Université de Montpellier).x

15h30 – 16h45 (salle 3 – centre de conférences) – retransmission en ligne

Les intervenants sur cette table ronde sont :

  • Didier BARRAL – Vigneron en polyculture à Faugères
  • Alain BRAUMAN – Directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), conseiller « Sol et Terre » auprès de la direction scientifique
  • Maritxu GUIRESSE – ENSAT, IGCS Midi-Pyrénées
  • Sylvie AVALLONE – Institut Agro Montpellier

Cette table ronde sera animée par David ASCHER, Directeur de publication, Actu-Environnement – Editions Cogiterra.

x

15h30 – 16h45 (salle 4 – centre de conférences) – retransmission en ligne

Les intervenants sur cette table ronde sont :

  • Aurélie TACQUARD – Chargée de mission Protection de la ressource en eau | Syndicat Mixte Garrigues Campagne / Montpellier Méditerranée Métropole
  • Maylis DESROUSSEAUX – CNAM, Maitresse de conférences en droit de l’environnement, spécialiste de la protection des sols
  • Jean-Marie LAFOND – DREAL Occitanie/DEC/DAE/DAEE, Chef de la division Est
  • Julie BABIN – Cheffe de projet Fondation des Conservatoires d’espaces naturels – Fédération des Conservatoires d’espaces naturels

Cette table ronde sera animée par Catherine RIBOT, Responsable pédagogique du Master Droit et Gestion de l’Environnement et du Développement Durable, Université de Montpellier.

15h30 – 16h45 (salle 5 – centre de conférences) – retransmission en ligne

Les intervenant(e)s sur cet table ronde sont :
 
  • Paul ROBLEDO – Responsable de Service Planification et Aménagement du Territoire / SRADDET, Région Occitanie
  • Lôra ROUVIÈRE – Cheffe de service Mobilisation et accompagnement des entreprises et territoires à l’OFB
  • Michel CAPRA – Directeur de la Production chez PROMOLOGIS
  • Floriane VAUCELLE – Directrice Développement Grands Projets ICADE Groupe Immobilier
  • Nicolas BOULBÈS – Coordonnateur des Programmes immobiliers National LIDL France
Cette table ronde sera animé par Ricardo ALVAREZ – Président-Directeur Général de SOILPRINT
 

17h00 – 18h00 (estrade centrale – Hall A2)

19h – 21h30 (Faculté des Sciences de l’Université de Montpellier – Bâtiment 36 – Amphithéâtre A36.03)

Dans le cadre du salon AdNatura, nous vous proposons de découvrir le documentaire « La fabrique des pandémies », réalisé par Marie-Monique Robin.

Dengue, chikungunya, covid-19, sida, Ebola : le nombre de maladies émergentes – jusqu’alors inconnues – a explosé ces quarante dernières années. La plupart d’entre elles sont des zoonoses, des maladies infectieuses transmises aux hommes par les animaux. 
Dans ce documentaire, la comédienne Juliette Binoche cherche à saisir les causes de cette épidémie de pandémies. Elle part à la rencontre de scientifiques du monde entier pour comprendre quels sont les liens entre la santé humaine et la santé des écosystèmes.

A la suite de la projection aura lieu un temps d’échange avec la réalisatrice Marie-Monique ROBIN et Rodolphe GOZLAN, conseiller scientifique, chercheur IRD rattaché à ISEM.

Evénement gratuit et ouvert à tous. Entrée libre, dans la limite des places disponibles. 

Séance de dédicace avec Marie-Monique Robin sur le stand Sauramps le vendredi 28 octobre de 11h à 12h et de 16h à 17h – Parc des Expositions de Montpellier

19h00 – 21h00 (Parc Rimbaud) – sur inscription, places limitées à 15 personnes

Dans le cadre du salon AdNatura, nous vous proposons des sorties naturalistes afin de vous faire découvrir au plus près, différents taxons d’espèces de notre région. Trois sorties naturalistes sont organisées sur les soirées du 27 au 29 octobre.  

Une première soirée sera consacrée aux chiroptères, avec le Groupe Naturaliste de l’Université de Montpellier (GNAUM). La sortie se divisera en deux partie : une présentation/ échange sur les différentes espèces de chiroptères, leur écologie et leur cycle de vie, puis une observation et écoute des croisées (en fonction des conditions climatologiques).

Le rendez-vous est programmé à 18h45 au Parc Rimbaud, et se terminera vers 21h. Selon les observations possibles et les conditions, la sortie pourra durer plus longtemps.  

L’inscription à la sortie est gratuite et obligatoire via le lien suivant (15 personnes maximum). 

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSe2SkTagPDQyxyhpkGlF0r-tXNl4ybkFmWbGTeKEvCILk24Hg/viewform?usp=pp_url 

Groupe de Minioptères de Schreibers en hibernation par Blandine CARRE 

 

Vendredi 28 octobre 2022

Forum des Professionnels de l’écologie et de la biodiversité

Cette journée est ouverte à tous, mais elle est dédiée plus spécifiquement aux professionnels et aux personnes en recherche d’emploi.

Programmation des Assises Régionales de la Biodiversité Occitanie
Programmation du Forum de l’Agence Régionale de la Biodiversité Occitanie

9h00 – 12h00 (salle 1 – centre de conférences) – retransmission en ligne

Discours d’ouverture : Rutger DE WIT (Directeur LabEx CeMEB), Julien MARY (MSH SUD) et Andrea PARMEGGIANI (Directeur LabEx NUMEV)

  • Daniel CLUZEAU – Université de Rennes, UMR ECOBIO, Maitre de conférences (en visioconférence)
  • Alain BRAUMAN – IRD, UMR Eco&Sols, Directeur de recherche
  • Quentin VINCENT – Sol&Co
  • Karimi BATTLE – Directrice scientifique Novasol Experts, INRAE (en visioconférence)
  • Cécile VILLENAVE – Elisol, Co-fondatrice et responsable scientifique
  • Céline RIVES-THOMAS – SCOP Rhizobiome, gérante
  • Sandra BARANTAL – Post-doc Université Paul Valérie, Montpellier
  • Alan VERGNES – Université de Montpellier 3, UMR CEFE, Maitre de conférences et membre du collectif « Art Science »
  • Claire MARSDEN – UMR Eco&Sol, Supagro

9h00 – 12h00 (salle 2 – centre de conférences) – sur invitation

9h00 – 12h00 (salle 3 – centre de conférences) – sur invitation

9h00 – 12h00 (salle 4 – centre de conférences) – sur invitation

9h00 – 12h00 (salle 5 – centre de conférences) – retransmission en ligne

Présentations des projets lauréats du Prix du National du Génie écologique 2022.
 
En savoir plus sur Le Prix National du Génie écologique : http://a-igeco.fr/actions/prix-du-genie-ecologique/

13h30 – 14h00 (estrade centrale – Hall A2)

Remise des prix du Génie Ecologique 2022 en présence de Marie-Laure MÉTAYER, Adjointe au directeur de la Direction de l’Eau et de la biodiversité au sein du ministère de la Transition écologique et d’Audrey COREAU, Directrice acteurs et citoyens au sein de l’Office français de la biodiversité.
 
En savoir plus sur Le Prix National du Génie écologique : http://a-igeco.fr/actions/prix-du-genie-ecologique/

14h00 – 15h30 (salle 1 – centre de conférences) – retransmission en ligne

Les intervenants sur cette table ronde sont :

  • Marc-André SELOSSE – Biologiste, professeur du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, écrivain
  • Marie Monique ROBIN – Journaliste et réalisatrice
  • Olivier SCHER – Ecologue, photographe, Conservatoire d’espaces naturels d’Occitanie
  • Hervé BLUHM – Vice Président de l’Agence régionale de la biodiversité Occitanie
  • Bill FRANCOIS – Physicien, écrivain, conférencier
  • Ghislaine VERRHIEST-LEBLANC – Directrice générale de l’association française pour la prévention des catastrophes naturelles et technologiques

Cette table ronde sera animée par Simon WOODSWORTH, Directeur de l’ARB Occitanie.

14h00 – 17h00 (salle 2 – centre de conférences)

14h00 – Restitution du lauréat de la bourse Ecologie impliquée 2022 : Partenariat entre l’association Tetiaroa Society FP et Institut de Recherche pour le Développement (IRD) – UMR 241 EIO
« Impact des fourmis folles jaunes sur l’atoll de Tetiaroa » (https://sfecologie.org/2022/01/11/bourse-bw-ecologie-impliquee-laureat-2022/).
 
14h15 – Lauréate 2020 du Prix Recherche SFE² : Cendrine MONY (https://sfecologie.org/actions/prix/)
 
Titre : Les corridors écologiques au sein des paysages : des plantes aux microorganismes
 
Résumé : Les activités humaines ont façonné profondément les paysages en modifiant la distribution des habitats naturels au profit des habitats exploités à des fins de production. Cette fragmentation progressive des paysages est considérée comme l’une des causes majeures expliquant la perte de biodiversité observée aujourd’hui. Le maintien de corridors écologiques a pour but de permettre aux espèces de se disperser et de coexister dans ces paysages fragmentés. Les politiques d’aménagement ont incité récemment à mettre en place et restaurer de tels corridors (eg. Loi grenelle 2 par exemple) mais leur efficacité dans la préservation de la biodiversité reste à prouver.
Cet exposé présentera des travaux démontrant l’influence des corridors écologiques sur les assemblages de plantes, notamment au sein des agrosystèmes ; et en précisant les mécanismes associés. L’évolution des connaissances montre cependant que la plupart des organismes, dont les plantes, est associée de manière étroite avec une diversité de microorganismes (concept d’holobionte); ce microbiote jouant un rôle déterminant sur leur colonisation, leur développement et leur reproduction. La prise en compte de ces interactions plantes-microorganismes dans la mise en place des corridors écologiques est une voie prometteuse pour faire face aux enjeux de biodiversité au sein des agrosystèmes – tant à des fins de protection de la biodiversité qu’à des fins de support d’une agriculture plus durable.
 
15h00 – Lauréat 2020 du Grand Prix SFE² : Philippe JARNE (CEFE – Montpellier).
 
Titre de la conférence : Explorer la frontière entre écologie et évolution.
 
Résumé : Ecologie et évolution se sont lentement séparées dès la fin du 19ème siècle pour former des champs d’étude distincts, globalement peu connectés. On assiste cependant depuis une vingtaine d’années à des tentatives explicites de rapprochement, et des termes tels que « dynamique éco-évolutive » ou « boucle éco-évolutive » ont fait florès. Cependant, cela concerne essentiellement des approches centrées sur l’espèce qui introduisent des paramètres environnementaux dans leurs, ou des approches qui considèrent l’impact (ou les mécanismes) évolutif sur les communautés biologiques ou les écosystèmes. Plus rares sont les approches intégratives dans lesquelles les dynamiques écologiques et évolutives sont couplées par des rétroactions réciproques. Après un petit détour historique, cette présentation explorera ce qui sépare, ou a séparé, écologie et évolution, par exemple les notions de valeur sélective vs. flux de matières et d’énergie, ou les forces et processus considérés. Je donnerais quelques exemples d’études représentatives des différentes approches mentionnées ci-dessus, en insistant sur des travaux qui me semblent réellement éco-évolutifs, ainsi que certains aspects qui méritent développement, dans le but d’élargir la zone d’hybridation entre écologie et évolution. Une telle perspective semble particulièrement pertinente en période de changement global marqué, qui affecte fortement la dynamique éco-évolutive de la biodiversité, et donc sa capacité de résilience et de réaction, avec des impacts pour sa gestion.
 
15h45 – Lauréate 2021 du Prix Recherche SFE² : Emmanuelle PORCHER (https://sfecologie.org/actions/prix/).
 
Titre : Crise des pollinisateurs, crise de la pollinisation : ce qu’on sait et ce qu’on ne sait pas.
 
Résumé : Alors que l’érosion massive de la biodiversité est bien caractérisée chez certains groupes comme les vertébrés, la situation d’autres groupes est bien moins connue. C’est le cas par exemple pour les arthropodes, parmi lesquels les insectes, parmi lesquels les pollinisateurs, dont les variations d’abondance au cours des dernières décennies ont fait récemment l’objet de débats intenses. Je présenterai une série de travaux, tous issus de collaborations, qui s’interrogent d’une part sur les difficultés de caractériser les tendances temporelles des pollinisateurs sur le long terme à partir de données de séries temporelles hétérogènes et majoritairement récentes, et d’autre part sur les conséquences de ces variations (ou pas ?) des communautés de pollinisateurs pour la pollinisation des plantes cultivées et sauvages. Ces travaux montrent qu’il est possible de détecter des signes ténus d’une crise des pollinisateurs et de la pollinisation. Cependant, il reste une marge de progression considérable pour améliorer notre connaissance et notre compréhension de la dynamique des interactions plantes/pollinisateurs, tant en termes de données disponibles que d’outils pour les analyser.
 
Animé par Anne Violette LAVOIR

14h00 – 15h30 (salle 3 – centre de conférences) – sur invitation

14h00 – 17h00 (salle 5 – centre de conférences)

Explorer et modéliser les sols et l’eau pour éclairer nos décisions
 

Mots clés : karst, pollution, microplastiques, nanoplastiques, robotique sous-marine, corail, prélèvement, prédiction, gestion

  • La robotique d’exploration karstique », Franck Vasseur et Lionel Lapierre, LIRMM

Le karst joue un rôle fondamental dans le stockage et la dynamique des eaux souterraines. Il draine la ressource sur des échelles énormes et contribue à l’amplification (ou l’atténuation) des effets catastrophiques des épisodes cévenols. La connaissance de la dynamique de ces réseaux souterrains est un enjeu primordial et l’outil d’exploration robotique peut être un outil déterminant pour le recueil de connaissance sur les karst profonds. L’environnement karstique, subaquatique confiné et non structuré, est un terrain expérimental qui impose de repenser les solutions robotiques actuellement en vigueurs. La présentation débutera par un panorama des enjeux des karst de nos régions et exposera dans un second temps les solutions robotiques développées ou en cours de conception par le laboratoire LIRMM.

  • Sous quelle forme sont les déchets plastiques en mer ? », Matthieu George, L2C

Depuis des années, les déchets collectés lors d’expéditions menées en mer sont triés, comptés et caractérisés pour quantifier l’ampleur de la pollution plastique. Si la prise de conscience de la pollution plastique était initialement liée à l’omniprésence des macro-déchets, il est désormais clair que la pollution la plus problématique est « invisible », c’est-à-dire due à des débris de plus petite taille (micro et nano-plastiques) provenant de la dégradation des macro-déchets. Néanmoins , la quantité totale, la distribution en taille des déchets plastiques dans les différents compartiments environnementaux, ainsi que leur évolution temporelle sont toujours source de questionnement. Lors de cette présentation, nous nous intéresserons d’un peu plus près à ce qui constitue les tristement célèbres « soupes de plastiques » et quels sont les mécanismes en jeu.

  • Des robots pour le prélèvement scientifique du corail. », Vincent Creuze, LIRMM

En 2019-2020, le laboratoire d’Informatique de Robotique et de Microélectronique de Montpellier (LIRMM), l’Université Berkeley (USA) et le Centre de Recherches Insulaire et Observatoire de l’Environnement de Moorea (Polynésie Française) ont développé des outils robotiques pour le prélèvement robotisé du corail, jusqu’à 100 mètres de profondeur. Pinces, marteaux, cisailles, aspirateurs, algorithmes de traitement d’image, plusieurs approches ont été développées, testées, puis comparées sur les pentes externes de récifs coralliens. L’objectif principal était de minimiser l’impact environnemental du prélèvement, en sectionnant des échantillons de petite taille, sans déstabiliser la colonie corallienne.

 

 

Les 3 présentations seront suivies d’une discussion ouverte avec tous les intervenants.

15h00 – 18h00 (salle 4 – centre de conférences)

Intervenants : membres du groupe de travail « Biodiversité » (BiodivOc, MSH SUD-Trait d’union, ARB, OFB, MAB France, LPO Occitanie)
Participants conviés : acteurs de la biodiversité (collectivités, agences, associations, chercheurs)
 
Résumé :
 
Changement climatique, modifications d’utilisation des espaces, espèces invasives… Les changements planétaires en cours, résultant des activités humaines, affectent l’ensemble des composantes de la biodiversité et de l’environnement. La compréhension de ces phénomènes pour une meilleure prise en compte constitue un défi majeur, tant au niveau scientifique que social et économique.
 
Pour autant, si les enjeux liés à la biodiversité sont multiples et les acteurs intervenant sur cette thématique nombreux (scientifiques, pouvoirs publics, ONGe, gestionnaires d’espaces naturels ou entreprises), les liens entre ces différentes communautés nécessitent d’être renforcés, accompagnés et structurés dans la durée, afin de mobiliser l’ensemble des connaissances produites par ces acteurs pour co-construire des projets de recherche à l’interface science / société et permettre une gestion durable de la biodiversité.
 
C’est l’objectif que s’est fixé le groupe de travail constitué autour du défi clé BiodivOc, de la MSH SUD et son dispositif Trait d’union et d’acteurs régionaux de la biodiversité (ARB, OFB, MAB France, LPO Occitanie…), en vue d’établir un lien concret, dynamique et pérenne entre scientifiques, gestionnaires, agences et associations touchant à la biodiversité en Occitanie.
 
Dans ce but, nous proposons d’animer un atelier d’émergence dans le cadre du salon AdNatura, pour permettre :
– de favoriser l’interconnaissance et le dialogue entre parties prenantes ;
– d’ identifier et de comprendre les attentes des acteurs en matière de coopération entre mondes académique et non-académique ;
– de recueillir les questions à la recherche et les demandes de recherche de chacune des communautés ;
afin d’identifier des problématiques communes et initier la co-construction de projets collaboratifs ayant comme objectif de produire de nouvelles connaissances et/ou de mettre en relation différentes catégories d’acteurs dans un objectif opérationnel.

15h30 – 17h30 (salle 1 – centre de conférences) – retransmission en ligne

Les intervenants sur cette table ronde sont :

  • Humberto DELGADO ROSA – Directeur de la Biodiversité – DG Environnement, Commission Européenne (en visioconférence)
  • Marc-André SELOSSE – Biologiste, professeur du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris
  • Jacques THOMAS – Président de AFES
  • Denis CARRETIER – Président de la chambre d’agriculture d’Occitanie
  • Laurent SCHEYER – Directeur de l’Ecologie, DREAL Occitanie
  • Vincent LABARTHE – Vice-Président de la Région Occitanie en charge de l’agriculture et de l’enseignement agricole

Cette table ronde sera animée par Théo TZELEPOGLOU, Journaliste Scientifique – Ingénieur Écologue – Photographe

18h00 – 21h00 (lieu communiqué ultérieurement aux inscrits) – sur inscription, places limitées à 10 personnes

Dans le cadre du salon AdNatura, nous vous proposons des sorties naturalistes afin de vous faire découvrir au plus près, différents taxons d’espèces de notre région. Trois sorties naturalistes sont organisées sur les soirées du 27 au 29 octobre.  

La deuxième soirée sera consacrée aux amphibiens, avec Etienne Bonhomme. La sortie se divisera en deux partie : une présentation/ échange sur les différentes espèces d’amphibiens, leur écologie et leur cycle de vie, puis une observation et écoute des espèces croisées (en fonction des conditions climatologiques).

Le lieu de rendez-vous sera communiqué ultérieurement aux inscrits via mail. La sortie se déroulera de 18h15 à 21h, et pourra durer plus longtemps selon les observations possibles et les conditions. 

L’inscription à la sortie est gratuite et obligatoire via le lien suivant (10 personnes maximum). 

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSddMPMBXEZBPcADdr2Kno8BtLLxmyfJ3O9u-ULhhCle8RhgAA/viewform?usp=pp_url 

Samedi 29 octobre 2022

Carrefour des métiers et des formations de l’écologie et de la biodiversité

Cette journée est ouverte à tous, mais elle est dédiée plus spécifiquement aux personnes en recherche d’informations sur les métiers et les formations de la filière : lycéens, étudiants, professionnels en « verdissement » ou en reconversion, formateurs et employeurs.
Chaque table ronde traite d’un secteur professionnel et fait l’actualité des opportunités professionnelles et des besoins en compétences/formations associées aux niveaux techniciens, ingénieurs, chercheurs et cadres; de plus elles mettent en avant les évolutions à venir en lien avec les grands enjeux de la transition écologique (climat, biodiversité, pollution mondiale, ressources naturelles et biologiques, inégalité sociale, économie circulaire et durable, verdissement des activités et des organisations dans le cadre de la croissance verte, etc.).

9h00 – 10h00 (salle 1 – centre de conférences)

Au 21ème siècle, la seule vraie nouvelle filière professionnelle est bien celle de l’écologie et de la biodiversité dédiée à la conservation de la nature. Son rôle central dans la transition écologique qui nous ménera à un développement humain enfin durable en fera la première économie mondiale à l’horizon 2050 …
A l’orée des années 2000 la professionnalisation d’activités naturalistes auparavant largement bénévoles, l’émergence des nouveaux métiers de l’ingénierie écologique, le développement des actions de préservation et protection de la biodiversité, et le verdissement des métiers ont produit une croissance à 2 chiffres du nombre d’employeurs et d’employés! Les emplois dans cette filière sont très nombreux et le chomage n’est plus du tout une fatalité pour les jeunes diplômés.
Au contraire, l’instabilité des jeunes professionnels et leur tendance récente à démissionner du jour au lendemain, dans cette filière comme dans d’autres plus médiatisées (santé humaine), ont créer un début de panique chez nombre d’employeurs qui peinent à trouver des salariés et surtout à les garder!
Les formateurs de leur côté ont accompagné cette filière professionnelle en développant des nouvelles formations à tous niveaux et très professionnalisantes. En particulier la pédagogie par alternance via les contrats d’apprentissage de leurs étudiants.
Simple crise de croissance ou décrochage entre aspirations professionnelles et réalités économiques et sociales, la situation paradoxale actuelle nécessite d’en discuter sans détours dans esprit d’innovation pour sortir de problèmes de recrutement qui ne font pas du tout l’affaire de la Nature dont l’état de santé ne nous permet plus d’attendre …
 
Les intervenants sont : 
  • Sylvain MOULHERAT, Réprésentant de l’A-IGÉco et de l’AFIE
  • Romain BEKE, Fondateur Muhalink recrutement
  • Mathieu GARCIA, Ingénieur écologue indépendant, professeur d’expertise naturaliste
  • Olivier THALER, Maitre de Conférences en écologie à l’Université de Montpellier – Directeur Master Double compétence en Ecologie et Biodiversité – Biodiv’In

Animateur : Théo TZELEPOGLOU, Journaliste Scientifique

10h00 – 13h00 (salle 2 – centre de conférences)

Congrès JUNIOR :
 
  • Ouverture par Rutger DE WIT (Directeur du LabEX CeMEB)
  • Présentations de 12 min, suivie chacune par 3 min de questions :
    Xasia AYALA ROLDAN (Mise en place d’un protocole de sciences participatives pour l’étude de la biodiversité du sol),
    Nafissa DEHIMECHE (Les indicateurs de santé des sols)
    Eva GRIL (Microclimat & biodiversité du sol forestier en contexte de réchauffement global),
    Arnaud GOULPEAU (Des centaines d’espèces de vers de terre en Guyane française révélées par le codage à barres de l’ADN d’un ensemble complet d’échantillons),
    Lorène SIEGWART (Suivi de la décomposition racinaire sur des images acquises par des scanners enfouis à différentes profondeurs de sol),
    Romane BLAYA (Effets de la gestion de l’enherbement des inter-rangs de vigne sur les invertébrés du sol : le cas des collemboles, acariens et vers de terre dans des vignobles méditerranéens biologiques).
Prix Jeune Chercheur SFE² :
 
  • Présentation par Sébastien BAROT, Vice-président de SFE²
  • Présentations (12 min + 5 min questions) par les primés jeunes chercheurs sfe² des résultats issus de l’article scientifique qu’ils ont rédigé et pour lequel ils ont été primés (https://sfecologie.org/actions/prix/laureats-prix-jeune-chercheur/) :
    – 2020 : Julie LOUVRIER (Mapping and explaining wolf recolonization in France using dynamic occupancy models and opportunistic data., publié en 2018 dans Ecography.)
    – 2021 : Lucas-Marie ORLEACH (Marie-Orleach L, N Vellnow, L Schärer. 2021. The repeatable opportunity for selection differs between pre- and postcopulatory fitness components. Evolution Letters 5 (1), 101-114. DOI: 10.1002/evl3.210)
    – 2021 : Céline ALBERT (Albert C, Helgason H, Brault-Favrou M, Robertson G, Descamps S, et al. (2021) Seasonal variation of mercury contamination in Arctic seabirds: A pan-Arctic assessment. Science of the Total Environment, 750:142201. https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2020.142201)
Remise du prix de la meilleure communication – Congrès JUNIOR :
 
Rutger DE WIT, Directeur du LabEX CeMEB, remettra la prix de la meilleure communication du Congrès JUNIOR.
 
Le public sera invité à voter pour la meilleure communication durant les Prix Jeune Chercheur SFE².

10h15 – 11h15 (salle 3 – centre de conférences)

  • Quelles sont les pratiques pédagogiques qui fonctionnent en termes de sensibilisation et éducation? Comment les évaluer ?
  • Comment influencer les comportements par la communication et la sensibilisation? Comment cibler la diversité des publics (non sensibilisés, sensibilisés, initiés, etc…) avec les mêmes enjeux ?
Que ce soit par les médias, nos enseignants ou encore même par notre entourage, nous avons tous déjà été confrontés à la sensibilisation à l’environnement. Mais qu’est ce que réellement “la sensibilisation”?
Au cours de cette table ronde, l’objectif est de mettre en lumière ce qu’elle est dans toute sa diversité et complexité de pratiques. Nous avons réuni différents professionnels qui, que ce soit par la communication, l’éducation ou encore la formation, sensibilisent au quotidien.
Quelle place occupe réellement la sensibilisation environnementale aujourd’hui?
Permet-elle vraiment d’influencer les comportements?
Peut-on vraiment toucher la diversité des publics auxquels on est confronté en tant que professionnel ?
Aujourd’hui, en vue des enjeux environnementaux auxquels nous faisons face, tout le monde doit être impliqué dans la transition écologique. La sensibilisation fait-elle efficacement passer ce message universel ou bien se berce-t-elle d’utopie ?
 
Les intervenants sont : 
  • Pauline COSTANTIN, Chargée de mission à l’Institut marin du Grau du Roi
  • Victor MOITIE-MATHON, Alternant Animateur EEDD
  • Théo TZELEPOGLOU, Journaliste Scientifique – Ingénieur Écologue – Photographe
  • Annie LAFOUCADE, Responsable des formations plongeur Bio de la ffessm comm bio34
  • Bruno FRANC, Vice président du Graine Occitanie, Directeur du CPIE APIEU
  • Marylou TOURNAYRE, Consultante, Association The Lost Compass

11h30 – 12h30 (salle 3 – centre de conférences)

  • Le verdissement des activités et métiers des organisations professionnelles, quelles opportunités en espérer pour la conservation de la biodiversité ?
  • Quelles sont les stratégies mises en place dans votre structure pour atteindre la neutralité carbone ? Quelle est la place du télétravail dans ces stratégies ?
La Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) a dressé le constat d’un déclin remarquable de la biodiversité. De plus, il montre que la relation entre le développement économique des entreprises et leurs impacts sur la nature nécessite qu’elles prennent en compte leur empreinte sur la biodiversité et le climat.
Par ailleurs, selon l’accord internationnal à la COP21 de la CNUCC à Paris en 2015 : il sera nécessaire d’atteindre la neutralité carbone d’ici la deuxième moitié du 21ème siècle pour limiter le réchauffement climatique sous la barre des 2°C.
D’où l’importance de recueillir et de confronter les opportunités que représentent le verdissement des activités et métiers des organisations professionnelles, d’une part, et le développement de la Responsabilité Sociétale des Organisations et des Entreprises, d’autre part, pour limiter le réchauffement climatique en dessous du soutenable (+2°C) et pour stopper l’érosion mondiale de la biodiversité.
 
Les intervenants sont : 
  • Sabrina CAPON, Consultante QSE/RSE/Biodiversité – Biotope
  • Philippe L’HOSPITAL, Cofondateur Natural development SAS chez Natural development

11h30 – 12h30 (salle 4 – centre de conférences)

  • Quelle implication concrète du chargé d’études naturalistes ou environnementalistes en termes de préservation et de protection de la nature ?
  • Quel est l’impact du développement des nouvelles technologies d’expertise (drone, ADN, taxons…) sur les métiers naturalistes ?
L’expertise naturaliste et environnementaliste relève de professionnels de niveau technicien et ingénieur qui occupent une place centrale dans le domaine de l’écologie et de l’étude de la biodiversité. Leurs inventaires de la faune, de la flore et des milieux visent à établir des diagnostics écologiques dans le cadre des études réglementaires liées à la préservation de l’environnement (ex : étude d’impact) et de la mise en oeuvre de mesures de protection de la biodiversité (ex : plan de gestion). Ils réalisent un travail à la fois technique avec des prospections de terrain mais aussi analytique via le traitement des données et la rédaction de rapports.
Cette table ronde a pour but de rassembler différents professionnels autour de deux thématiques principales: l’efficacité des actions concrètes mises en œuvre en faveur de l’environnement (préservation d’espaces, protection d’espèces), d’une part, et l’impact du développement de nouveaux outils d’expertise sur ces métiers, d’autre part. Les échanges attendus visent à éclairer le public sur le quotidien d’un expert naturaliste mais également à débattre de ses rôles à l’égard des grands enjeux de l’environnement et des autres problématiques du développement humain. Dans un premier temps, il sera donc discuté de la finalité des métiers de l’expertise naturaliste et environnementaliste en lien avec leurs actions de préservation et de protection mises en œuvre sur le terrain ainsi que de leur efficacité et viabilité dans le temps. Dans un second temps, nous nous intéresserons à l’émergence de nouveaux outils d’expertise (prise en compte de nouveaux taxons, de nouvelles méthodes d’inventaire…) ainsi qu’aux potentiels impacts (positifs et négatifs) qu’ils pourraient avoir sur le quotidien de ces experts. 
 
Les intervenants sont : 
  • Mathieu GARCIA, Ingénieur écologue naturaliste indépendant en autoentreprise
  • Gwenael DUCLOS, Co-gérant de WIPSEA & Vice président de RespectOcean
  • Guillaume GIGOT, Coordinateur de la Cellule Conservation & Référent outre-mer à l’Office Français de la Biodiversité (OFB)
  • Cécile VILLENAVE, Ingénieure agronome et docteure en biologie. Co-créatrice et responsable scientifique de l’entreprise ELISOL environnement 

12h30 – 13h30 (salle 3 – centre de conférences)

Un travail alliant communication, sensibilisation, gestion et recherche ? c’est possible ! Exemple concret avec la projection de « Discrètes sentinelles » (35 min).

La projection sera suivie d’un temps d’échange avec Clément AUBERT, Président de Nature Conserv’Action, et Cindy ASSIO, Vice-Présidente de Nature Conserv’Action.

13h45 – 14h45 (salle 4 – centre de conférences)

  • La diversité de profils et d’activités entre professionnels (formations, organisations, finalités, etc…) ?
  • L’importance des nouvelles technologies pour le futur de la recherche en écologie et biodiversité ?

L’écologie est une discipline scientifique bien difficile à définir tant les activités de recherche qui lui sont associées sont diversifiées. Elle vise de manière générale une meilleure compréhension des processus écologiques sur un plan fondamental (générer de nouvelles connaissances) mais aussi sur un plan appliqué (répondre à un problème écologique). Le monde de l’écologie offre des sujets d’étude presque infinis, qui nécessitent des approches différentes et souvent interdisciplinaires : biologie, évolution, urbanisme, philosophie, anthropologie… Par conséquent les chercheurs eux-mêmes reflètent cette diversité, au travers de leurs formations variées, de leurs différentes structures de recherche ou encore de leur thématique d’étude. La recherche en écologie est également un domaine en constante évolution, dans lequel les nouvelles technologies jouent un rôle crucial, bien que les avis à ce sujet restent divergents …

Les intervenants sont :

  • Fabien CLAIREAU, Directeur R&D – Naturalia
  • Fabienne MOREAU, Directrice ADNID – Qualtech Groupe
  • Quentin LAMBERT, Doctorant – Laboratoire IMBE
  • Maxime BRU, Ingénieur – Biophonia
  • Rutger De WIT, Directeur du Labex CeMEB

14h00 – 17h00 (salle 1 – centre de conférences)

Il est autour de nous, nous accompagne continuellement et nous permet d’échanger entre nous : le son. Pourtant avez-vous déjà pris le temps de l’écouter, de l’analyser ?
 
Etes-vous prêt à saisir une invitation à la rêverie, à la découverte des paysages et des environnement sonores qui nous entourent ? De passage quelques minutes ou quelques heures, nous vous proposons une nouvelle approche des écosystèmes qui constituent notre quotidien.
 
Avec Alexandre, Tom, Sébastien, Nathan et Noémie – étudiants musiciens

14h30 – 16h30 (salle 5 – centre de conférences)

Projection du film Ruptures, réalisé par Arthur Gosset. La projection du film sera suivie d’un temps d’échanges avec des étudiants.

Synopsis du filmLeur destin était bien tracé : de brillantes études, la promesse d’un bon job et d’un gros salaire. Pourtant, rien ne s’est passé comme prévu. Aurélie, Maxime, Hélène, Emma, ou Romain sortent de Polytechnique, de Sciences Po, de Centrale ou d’écoles de commerce. Ils et elles ont fait un choix radical : renoncer à l’avenir qu’on leur promettait pour une vie qu’ils jugent plus compatible avec les enjeux environnementaux et sociétaux de notre époque. Ce film raconte leur histoire.

Pendant un an, le jeune réalisateur Arthur Gosset, lui-même étudiant à Centrale Nantes, a suivi le parcours de six jeunes, leurs décisions parfois difficiles, leurs ruptures souvent douloureuses et leur courageux choix de vivre en adéquation avec leurs convictions, quoiqu’il en coûte. Découvrez le documentaire qui raconte leur histoire.

Bande annonce : https://vimeo.com/528844714 

14h45 – 16h15 (salle 2 – centre de conférences)

Les intervenants sur cette table ronde sont : 

  • Quentin LAMBERT,  Doctorant
  • Céline ALBERT, PostDoc
  • Marjolaine ROUSSELLE, PostDoc
  • Armin BISCHOFF, Professeur

Cette table ronde sera animée par Jonathan BONFANTI, PostDoc researcher, UPR HortSys – CIRAD

15h – 16h (salle 3 – centre de conférences)

  • Dans le domaine de la recherche, quels besoins nécessiteraient plus d’échanges avec des gestionnaires ? Dans le domaine de la gestion, quels besoins nécessiteraient plus d’échanges accrus avec des chercheurs ?
  • Quels outils peuvent être mobilisés pour améliorer la collaboration entre gestionnaires et chercheurs ?

La conservation de la biodiversité est un enjeu transdisciplinaire. Les espaces naturels protégés ainsi que les espaces au-delà des limites de zones de protection font face à des risques socio-écologiques majeurs qui demandent un travail conjoint entre les gestionnaires, les institutions socio-politiques et les institutions scientifiques. Les recherches menées dans les espaces naturels ne font pas systématiquement l’objet de collaborations avec les gestionnaires, or, nous faisons face à un besoin grandissant de développement des connaissances pour comprendre leur évolution et évaluer l’efficacité des pratiques de gestion. La transdisciplinarité dans ces domaines représente un outil fondamental de prise de décision pour les politiques actuelles et futures. L’objectif de cette table ronde est de partager les points de vue des gestionnaires et des chercheurs, leurs besoins respectifs et les potentiels points de blocage entre gestion et recherche.

Les intervenants sont : 

  • Aurélien BESNARD, Enseignant-chercheur à l’EPHE dans le laboratoire Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive (UMR CEFE)
  • Jérémie CORNUAU, Chargé d’études à TERROIKO
  • Arnaud MARTIN, Président du Conservatoire d’Espaces Naturels d’Occitanie
  • Gérard LARGIER, Directeur Général du Conservatoire Botanique Pyrénées et Midi-Pyrénées
  • Philippe JARNE, Porteur du Défi clé BiodivOc

16h15 – 17h15 (salle 3 – centre de conférences)

  • Le cadre règlementaire de la séquence ERC est-il aujourd’hui cohérent et suffisant face à la crise environnementale ?
  • Les mesures de compensation permettent-elles vraiment de répondre à l’objectif « aucune perte nette de biodiversité »? Quelles sont ses limites?
Depuis la loi pour la reconquête de la biodiversité en 2016, un outil réglementaire a été développé pour préserver l’environnement : la séquence Evité, Réduire et Compenser, dite « ERC ». Elle vise une absence de « perte nette de biodiversité » dans la conception et la réalisation d’aménagements et d’infrastructures humaines.
Au fur et à mesure de son application à l’échelle des territoires impactés, des chantiers réalisés et des activités engendrées cette doctrine centrale de la préservation des milieux et de la biodiversité est de plus en plus controversée. Certains la voient sur le chemin d’un moindre mal comme « beaucoup mieux que rien » et en perpétuelle amélioration au fur à mesure des retours d’expériences. D’autres l’évaluent inefficaces et la jugent équivalente à un droit hypocrite à la destruction de la nature. Entre « croyants de la technologie », « philosophes du vivant » et « apotres de l’éthique », la polémique n’est jamais bien loin!
Que nous enseignent les applications les plus abouties de la méthodologie ERC? Les études de suivi et d’évaluation démontrent-elles une bonne compréhension et application des principes sous-jacents aux termes E, R et C? Observe-t-on une distorsion, voire un détournement du principe de zéro destruction nette au regard du taux réel d’artificialisation des territoires et des impacts environnementaux mesurés? Les résultats sont-ils significatifs et positifs ou le contraire?
Les difficultés et limites rencontrées sur le terrain sont-elles dues à des lacunes réglementaires? A des manques de compétences de la part de certains acteurs de la chaine d’instruction/étude/décision/réalisation? A des connaissances et des technologies insuffisantes? A des moyens insuffisants? A un manque de volonté politique globale et/ou locale? etc.?
Gestionnaires, ingénieurs, techniciens et chercheurs discuteront de toutes ces questions sur la base de leurs expériences et analyses des pratiques et de leurs résultats …
 
Les intervenants sont : 
  • Guillaume CORTOT, Chef de projet compensation à la Caisse des Dépôts et Consignations Biodiversité (CDC Biodiversité)
  • Laurent SCHEYER, Directeur de l’écologie/DREAL Occitanie
  • Arnaud MARTIN, Président du Conservatoire d’Espaces Naturels d’Occitanie
  • Roland THALER, Directeur Altitude/ECOVIA

16h15 – 17h15 (salle 4 – centre de conférences)

  • Y a-t-il une place pour les « écologues » au sein des ONG et associations militantes ?
  • Quelles sont les compétence recherché par les ONG et les associations militantes ?
Beaucoup d’étudiants en écologie sont tentés par le militantisme écologiste « pronatura ». Pour autant, peu d’entre eux travailleront pour des structures professionnelles et revendiquées militantes. Certes les places sont limitées mais finalement sommes-nous réellement au courant des opportunités qu’elles proposent? Y aurait-il un manque de visibilité sur les postes existants et les compétences recherchées ?
Cela nous amène à nous questionner quant à la place des écologues au sein des ONG et des associations militantes. Sont-ils surtout consultants externes, bénévoles impliqués ou ont-ils des places en tant que salariés au sein de ces structures ?
En parallèle, nous nous posons la question de savoir ce qui pourrait retenir les étudiants de s’engager. Certains pensent qu’il faut maintenir une distance entre le militantisme et le travail scientifique, d’autres y trouvent une complémentarité, un équilibre, voire une réelle vocation. Nous aimerions écouter le retour d’expérience de professionnels engagés dans ces structures.
 
Les intervenants sont : 
  • Simon BURNER, Directeur de l’association European river network
  • Alain REYNES, Directeur, Association Pays de l’Ours – Adet
  • Alain RAVAYROL, Membre du Conseil d’Administration de France Nature Environnement en Languedoc-Rouillon
  • Lamya ESSEMLALI, présidente de Sea Shepherd France

18h00 – 23h00 (lieu communiqué ultérieurement aux inscrits) – sur inscription, places limitées à 15 personnes

Dans le cadre du salon AdNatura, nous vous proposons des sorties naturalistes afin de vous faire découvrir au plus près, différents taxons d’espèces de notre région. Trois sorties naturalistes sont organisées sur les soirées du 27 au 29 octobre.  

La dernière soirée sera consacrée aux hétérocères, avec Douglas Fouliard. La sortie se divisera en deux partie : une présentation/ échange sur les différentes espèces d’hétérocères, leur écologie et leur cycle de vie, puis une observation et identification des espèces croisées (en fonction des conditions climatologiques).

Le lieu de rendez-vous sera communiqué ultérieurement aux inscrits via mail. La sortie se déroulera de 18h15 à 23h, mais les participants pourront partir plus tôt.  

L’inscription à la sortie est gratuite et obligatoire via le lien suivant (15 personnes maximum). 

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdZVx1ziM8PU6XUIPc4nsAuJQnXvUT5TGmyiQps89ZuqyR8Mw/viewform?usp=pp_url